Accueil > Communes > Saint-Brisson

Saint-Brisson

British bomber accident

In the night of 14 to 15 February 1943, a British bomber returning from a sortie over Milan (Italy) crashed in the forest only a few kilometres from Saint-Brisson.

Anglais

Accident d’un bombardier anglais

Dans la nuit du 14 au 15 février 1943, un bombardier anglais au retour d’une mission sur Milan (Italie) s’écrase dans la forêt située à quelques kilomètres de Saint-Brisson. Quatre aviateurs parviennent à sauter en parachute, mais seuls deux membres de l’équipage, le pilote néo-zélandais John Whyte et le mécanicien anglais Stanley Eyre survivent à l’accident. Ils sont alors pris en charge par des habitants, puis par des moines de l’abbaye de la Pierre-qui-Vire (Saint-Léger-Vauban).

Français

The origins of the Maquis Bernard

Founded in early 1944, the Maquis Bernard was based in the forest of Saint-Brisson. It was commanded by Louis Aubin, a retired policeman, aka Bernard, and Joseph Pelletier, aka Joseph. In the summer of 1944, the Maquis set up camp in the forest of Coeuzon, at Ouroux-en-Morvan, with around one thousand men. The Headquarters of the Resistance in Nièvre also based its command post here, and was used by the prefect Jacquin, appointed by General de Gaulle, making Ouroux-en-Morvan the clandestine prefecture of Nièvre.

Anglais

Les débuts du maquis Bernard

En janvier 1944, une trentaine de maquisards est regroupée autour de Louis AUBIN, dit Bernard, en pleine Forêt Chenue. À la suite de dénonciations, le maquis est scindé en quatre groupes et dispersé aux alentours : Quarré-les-Tombes, Saulieu, Montsauche et Moux. Quelques mois plus tard, Louis Aubin et Joseph Pelletier rassemblent leurs groupes et installent le maquis Bernard à Coeuzon (Ouroux-en-Morvan). Une stèle rend hommage au premier emplacement de ce maquis.

Français